Prévisions météo

Pour accéder aux détails des prévisions météo, veuillez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site Internet.

Connexion S'inscrire
Cher Agri gif

Hernie des crucifères, des solutions pour réduire son impact

FDSEA du Cher
Le 10/07/2018 à 14:22
Hernie des crucifères, des solutions pour réduire son impact

La hernie des crucifères est un pathogène qui ne se gère pas uniquement au niveau de la culture du colza mais au niveau de la rotation, y compris les intercultures. Plusieurs moyens de lutte sont disponibles afin de réduire son impact : lutte génétique et lutte agronomique.

Carte d’identité











- Nom : hernie des crucifères (Plasmodiophora brassicae)

- Date de naissance : observée sur colza depuis plus de 30 ans

- Situations à risque : sols hydromorphes, battants et acides (pH<6), retours fréquents de crucifères.

- Signes particuliers : sous forme de foyers, un flétrissement des plantes infectées, puis un jaunissement ou rougissement en automne ou au cours de l’hiver. Après arrachage des pieds, on observe des galles racinaires de taille variable qui entraînent bien souvent la mort du végétal.

 





 

A ce jour, il n'existe pas de méthode de lutte chimique.



Bien que moins productives que les variétés sensibles, des variétés résistantes à la hernie sont commercialisées. Elles méritent leur place au cœur d’une stratégie globale faisant appel à d’autres leviers d’action.

 



Adapter ses pratiques culturales et son choix variétal pour limiter les risques



Le changement de certaines pratiques à l’échelle parcellaire vise à créer un milieu défavorable au pathogène et à limiter le risque infectieux. La combinaison des moyens préventifs est primordiale car, pris séparément, ces moyens n’ont qu’une efficacité partielle.



Par ordre d’importance :  



• Allonger la rotation, éviter les cultures hôtes (crucifères : colza, moutardes, radis, navets, choux, brocolis…) à l’échelle de la rotation, augmenter le délai de retour du colza



• Eviter les couverts d’interculture à base d’espèces hôtes favorables à la multiplication du pathogène



• Soigner le désherbage notamment des crucifères (sanves, ravenelles, sisymbres, capselles…), et les repousses de colza qui peuvent servir de réservoir d’inoculum



• Chauler la parcelle si le pH est <6. Il ne s’agit pas d’une méthode curative, mais d’une gestion à la rotation, dans le but d’entretenir un milieu moins favorable au développement du pathogène. En cas d’inoculum important, de conditions optimales, le seul chaulage ne sera pas suffisant.



• Nettoyer au karcher les outils de travail du sol à la sortie des parcelles infectées pour éviter la contamination d’une parcelle « saine » dont le sol peut être potentiellement « réceptif » au parasite (notamment si structure instable, sol non calcaire à pH faible).

             

La lutte génétique reste la voie la plus directe pour assurer un haut niveau de production. En 2001, Mendel a été la première variété résistante à la hernie à être proposée aux producteurs. Cependant, la résistance de Mendel a été contournée. D’autres variétés lui succèdent et permettent de restreindre significativement le développement de la hernie et les dégâts qu’elle provoque habituellement sur un colza sensible. Dans tous les cas, l’expérience montre qu’il est préférable d’alterner les choix variétaux. 

          



Comment je raisonne à la parcelle ?



La hernie des crucifères est un pathogène qui se conserve dans le sol. Le pathogène peut donc être véhiculé dans une autre parcelle de l’exploitation par le matériel agricole. A la sortie d’une parcelle contaminée, il est donc recommandé de nettoyer au nettoyeur à haute pression le matériel pour ne pas transporter la hernie vers des parcelles « saines ».

















Primo infestation



un ou plusieurs foyers dans la parcelle


 

Parcelles avec forte attaque



parcelle retournée dès automne



Je veux continuer le colza



1. Délai de retour colza au minimum de 4 à 5 ans



2. Je m'interdis les cultures hôtes dans la/les rotation(s)/intercultures (s'interdire moutarde et radis en couverts)



3. Gestion parfaite salissement moutarde, sanves...



4. Mélange variétal : 30 à 50 % variété résistante



       



Je veux continuer le colza



1. Délai de retour 6 ans minimum



           



2. Je m'interdis les cultures hôtes dans la/les rotation(s)/intercultures (s'interdire moutarde et radis en couverts)



3. Gestion parfaite salissement moutarde, sanves...



4. Choix variétal : 100 % variété résistante




 



Diagnostiquer mes autres parcelles ?



 Réalisez le test du chou chinois sur vos futures parcelles de colza et notamment dans les parcelles les plus à risques : pH faible, sol battant / mauvaise structure, mal aérée.



           



Quelle variété résistante choisir ?



Pour le moment, nous ne faisons pas de différence de comportement (niveau de résistance, potentiel de rendement, risque de contournement de pathotype) en fonction des différentes variétés disponibles sur le marché.



 


Tout l'article de Terres Innovia ici



    Envoyer à un ami I Imprimer cet article

GRANDES CULTURES

    FICHE CONSEILS
    GRANDES CULTURES

    http://cheragri.fr/bibliotheque_pdf/Bulletin%20abonnement%20iac/Bulletin-abonnement-iac-cheragri-2017.pdf
    DÉCOUVREZ
    NOS PARTENAIRES
    >
    |
    Cliquez ici pour quitter

    CONNEXION

    Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

    Mot de passe oublié...

    Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

    Un mail vous a été envoyé.
    Vous y trouverez votre mot de passe.
    RSS Facebook twitter
    CherAgri

    CherAgri
    2701, route d'Orléans
    18230 ST DOULCHARD
    Téléphone : 02 48 23 45 80