Cher Agri
Accueil > Actualités

Interview Didier Delory, président de la commission foncière FNSEA CVL

FNSEA 18
Le 27/05/2021 à 09:16 I Soyez le 1er à déposer un commentaire
Interview Didier Delory, président de la commission foncière FNSEA CVL

Un nouveau schéma des structures doit être approuvé en juillet 2021. La FNSEA CVL a décidé de voter contre le projet présenté par l’administration. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?

Le classement des opérations portées par une structure coopérative pour la mise en place « d’espaces tests agricoles » dans les priorités nous parait surclassé (classées en priorité 2), car elles sont placées avant les agrandissements jusqu’à 230 hectares. Cela ne nous semble pas logique pour le développement des exploitations agricoles régionales. 



Par ailleurs, nous avons proposé la prise en compte et l’attribution de points dans les critères pour le candidat bénéficiant de l’avis favorable du propriétaire, ce qui a été refusé par l’administration.  



A contrario, celle-ci propose une région Centre Val de Loire orientée vers l’agriculture biologique. 



 



Quels sont les points sur lesquels la FNSEA CVL ne souhaitait pas transiger et qui n’ont pas été repris par l’administration ?  



L’agriculture de la région Centre Val de Loire très diversifiée mérite que toutes les formes d’agriculture soient reconnues et soutenues. L’amélioration qualitative de nos moyens et façons de produire doit être reconnue à des niveaux identiques : certification RSE / HVE / agriculture biologique, …  



Or d’après l’administration, selon leur projet présenté, l’agriculture biologique est la meilleure solution et mérite donc plus de points pour les critères … 



 



Quelles sont les conséquences pour l’agriculture de notre région ? 



Après échange avec des producteurs certifiés en agriculture biologique, ces derniers ne souhaitent pas un surdéveloppement de leur production certifiée dans notre région. Certains commencent à devoir brader une partie de leurs produits parce qu’ils ne trouvent pas les débouchés nécessaires. 



Plusieurs questions peuvent donc venir à l’esprit : 



Souhaite-t-on soutenir cette possibilité : « vendre la production issue de l’agriculture biologique au même prix que celle issue du conventionnel » ? Comment ces producteurs survivront-ils ? 




    Imprimer cet article

Ecrire un commentaire



Nom :
Prénom :
Titre :
Commentaire :
E-mail :
(Votre mail ne sera pas visible.)
Captcha :
En validant, j'accepte la charte et que mon commentaire soit publié dans Cheragri.fr
DERNIERES NEWS
DÉCOUVREZ
NOS PARTENAIRES
>
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
RSS Facebook twitter
CherAgri

CherAgri
2701, route d'Orléans
18230 ST DOULCHARD
Téléphone : 02 48 23 45 80