Prévisions météo

Pour accéder aux détails des prévisions météo, veuillez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site Internet.

Connexion S'inscrire
Cher Agri gif

L'enrubannage des fourrages

Information agricole du Cher
Le 23/05/2017 à 09:13
L'enrubannage des fourrages

L'enrubannage doit être essentiellement réservé à des fourrages de valeur

Compte-tenu du surcoût de ce mode de conservation des fourrages l'enrubannage en ce début de saison doit être réservé à des fourrages jeunes récoltés avec des taux de matière séche suffisamment élevés pour des ovins en évitant l'incorporation de terre.

Un surcoût pour une production majorée
L'enrubannage coute 40 % plus cher que le foin ramené à la tonne de matière sèche : 92 euros contre 65 euros (source : Herbe et fourrages en Limousin 2015). Cette méthode de conservation permet de stocker des fourrages récoltés tôt en saison quand les taux d'humidité sont encore élevés. Sur graminées où légumineuses en récoltant tôt au printemps, cette méthode peut permettre de gagner une coupe sur la production annuelle d'une parcelle. Sa valeur alimentaire reste exclusivement liée à celle du fourrage fauché et donc au stade de la plante récoltée.

Identifier les bottes est indispensable
L'identification des bottes par le nom de la parcelle facilite la répartition en fonction du type d'animaux au cours de l'hiver. Les marques sur les bottes à l'aide de bombes de peinture de (rouge, bleu, vert) pour animaux résistent aux intempéries durant la campagne. Les brebis à forts besoins, c'est-à-dire celles en début de lactation sont prioritaires sur les meilleurs fourrages, c'est-à-dire ceux récoltés le plus tôt.
Pour les ovins, pas de terre et suffisamment sec
L'enrubannage doit être d'excellente qualité pour les ovins afin d'éviter les problèmes sanitaires. Le principal facteur de réussite reste le taux de matière sèche à la récolte, avec un optimum compris entre 50 et 60 %. En effet, la fauche est en général réalisée début épiaison pour les graminées, bourgeonnement pour les légumineuses et le fourrage est récolté en brins longs. A un stade plus avancé, il sera moins riche en sucres et souvent plus difficile à tasser. Le développement des bactéries butyriques est favorisé, entrainant de mauvaises qualités de conservation.
En dessous de 40 % de matière sèche, les risques sanitaires sont plus élevés. Si de la terre s'immice dans les bottes (attention aux taupinières !) les risques de listériose sont accentués. Au-delà de 70 % de matière sèche, les bottes sont insuffisamment tassées et des moisissures apparaissent bien souvent.

Odile Brodin (CA18)
Laurence Sagot (CIIRPO)



    Envoyer à un ami I Imprimer cet article

ELEVAGE

  • Cotations

FICHE CONSEILS
ELEVAGE

https://cheragri.fr/bibliotheque_pdf/Bulletin%20abonnement%20iac/Bulletin-abonnement-iac-cheragri-2019.pdf
DÉCOUVREZ
NOS PARTENAIRES
>
|
Cliquez ici pour quitter

CONNEXION

Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

Mot de passe oublié...

Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

Un mail vous a été envoyé.
Vous y trouverez votre mot de passe.
RSS Facebook twitter
CherAgri

CherAgri
2701, route d'Orléans
18230 ST DOULCHARD
Téléphone : 02 48 23 45 80