Prévisions météo

Pour accéder aux détails des prévisions météo, veuillez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site Internet.

Connexion S'inscrire
Cher Agri gif

Resemer du maïs

Information agricole du Cher
Le 08/06/2016 à 08:00
Resemer du maïs

Une solution à envisager dans certains cas

Des parcelles de maïs ont pu être gravement endommagées par une accumulation de stress depuis ces dernières semaines. Dans certains cas, un resemis serait pertinent. Quelles sont les règles de décision pour en venir à cette extrémité ? Quelles sont les précautions à prendre ?

Que d'eau !
Les cumuls de précipitations sont variables. Ils dépassent 150 mm sur les trente derniers jours dans certaines zones. Mais les autres zones ne sont pas mieux loties car même si les cumuls sont inférieurs, c'est la fréquence des épisodes qui dérange. Les sols ne ressuyent pas ce qui limite fortement les interventions. La décision de ressemer dépend de la régularité de levée dans la parcelle.
Des parcelles de maïs ont pu être gravement endommagées par la pluviométrie excessive, la battance, des attaques de ravageurs du sol, des limaces, des corbeaux ou par d'autres causes. Le nombre de pieds viables restants est quelquefois très faible. Que faut-il faire ? Un resemis coûte cher en semences et travaux, et il faut donc vraiment juger de son utilité.
Le maïs arrive à compenser en partie une perte de densité et ceci d'autant plus que l'on cultive des variétés dentées et tardives. On peut observer le développement d'un deuxième épi sur les plantes très espacées car la lumière inhibe la production de l'hormone de dominance apicale. L'épi primaire ne reste pas seul. Bien évidemment, la décision de ressortir le semoir dépend de la régularité dans la parcelle. 50.000 pieds bien répartis auront bien moins d'impact sur le rendement et le salissement de la parcelle par les mauvaises herbes que des zones entières à faible peuplement.

Les conditions à respecter en cas de resemis

- Détruire les plantes restant en place, elles ne peuvent que gêner le développement du resemis.
- Ne jamais resemer en parallèle des plantes restantes, elles font de l'ombre au nouveau semis.
- Ne pas semer trop dense, surtout si le resemis est tardif, le potentiel de la culture sera de toute façon plus faible.
- Changer de groupe de précocité en descendant d'une ou deux classes.
- Il n'est pas nécessaire de retravailler le sol, le travail du soc semeur peut être suffisant, mais cela est à voir au cas par cas selon l'état du sol.
- Si la parcelle est sensible aux taupins, protéger le resemis, car même si les plantes poussent plus vite à cette date, elles seront sensibles aux ravageurs dès la levée.
- Le désherbage de prélevée du resemis n'est pas utile, on pourra toujours intervenir en postlevée, le cas échéant. Attention, si de la pendimethaline a été utilisée, faire travailler le chasse-mottes pour écarter le film de produit, sous peine de phytotoxicité grave. On peut aussi labourer la parcelle pour diluer en profondeur le produit.
- Ne pas apporter d'éléments fertilisants si la fumure avait été complète.

Didier Lasserre, Thibaut Ray
(ARVALIS - Institut du végétal)

Densite-mini-resemis.jpg

    Envoyer à un ami I Imprimer cet article

GRANDES CULTURES

    FICHE CONSEILS
    GRANDES CULTURES

    https://cheragri.fr/bibliotheque_pdf/Bulletin%20abonnement%20iac/Bulletin-abonnement-iac-cheragri-2019.pdf
    DÉCOUVREZ
    NOS PARTENAIRES
    >
    |
    Cliquez ici pour quitter

    CONNEXION

    Adresse mail et/ou Mot de passe incorrect(s).

    Mot de passe oublié...

    Entrez votre adresse mail, un message vous sera envoyé pour vos identifiants.

    Un mail vous a été envoyé.
    Vous y trouverez votre mot de passe.
    RSS Facebook twitter
    CherAgri

    CherAgri
    2701, route d'Orléans
    18230 ST DOULCHARD
    Téléphone : 02 48 23 45 80